LR - Zemmour. Pour qui sonne le glas ?

Depuis que le mouvement gaulliste a été récupéré par la haute fonction publique, il sombre progressivement et finira sur le côté des grandes avenues politiques. Ce qui est arrivé au parti socialiste, lui aussi capté par l’énarchie triomphante, ne laisse pas de doute sur le résultat. Aubry, Fabius, Guigoux, Rocard, Jospin, Hollande ont signé la mort du mouvement social et ont fini par sombrer dans le socialisme de sous-préfecture. Giscard, Chirac, Balladur, Juppé, Seguin, Villepin, Copé ont fini dans un étatisme envahissant et sans connexion avec le pays. Macron a provoqué un pronunciamiento pour éviter la prise de l’Élysée par un non-énarque et en réunissant à faire venir des énarques de droite comme Le Maire, Philippe et Castex, il a fini de détruire la gauche dite de gouvernement et bien entamé la droite auto proclamée « républicaine ». LR se choisit comme candidate une énarque, seconde du concours d’entrée, qui s’était écartée quand l’énarque Wauquiez, premier du concours d’entrée, avait pris le pouvoir. Bertrand avait cru dissiper l’hostilité des énarques en proposant le poste de premier ministre à Wauquiez. Peine perdue. La proximité programmatique entre l’énarque Macron et l’énarque Pécresse, confortée par la démarche proche de l’énarque Philippe, rend illisible la candidature Pécresse. « Je suis une femme un tiers Thatcher et deux tiers Merkel » est un slogan perdant s’il n’est pas appuyé sur un programme fort. À partir du moment où elle ne reprend pas le slogan Thatchérien « je vais extirper le socialisme de mon pays » et où elle ne comprend pas que Merkel avait à régler le retour de l’Allemagne de l’Est dans le giron de l’ouest, et à assurer la domination économique du géant reconstitué, objectif partagé par tous les Allemands qui y voyaient une réhabilitation historique, son slogan est totalement creux.

Le PS a cru que choisir une femme fonctionnaire épouse d’énarque sauverait le parti. Elle se traîne à 2% dans les sondages. LR avec sa femme énarque fera mieux mais n’a aucune dynamique.

Valérie Pécresse qui est une vraie pointure avec un parcours assez extraordinaire (et pas seulement scolaire, ses aventures russes et japonaises sont très intéressantes) a deux faiblesses qui sont très attachées à sa personne : elle a accepté de rejoindre en 2002 les Young Leaders de la French-American Foundation ; Américanisme et européisme de bon aloi atlantiste ne sont pas très en phase avec les nécessités du moment. Son mari, Jérôme Pécresse, polytechnicien, renforce cette image atlantiste à la fois par son parcours au Crédit Suisse First Boston, avant de faire carrière chez Alstom dont la cession à General Electric reste un des scandales récents. Un joli couple mais pas exactement exemplaire de la souveraineté et de l’indépendance française dans une ambiance de mondialisation et d'européisation malheureuses.

Le coup de vent sur les espoirs de LR est venu de Villepinte, dès le lendemain de l’intronisation. Eric Zemmour se replace exactement dans les traces du RPR de 1976, avant la grande « trahison » chiraquienne et annonce une reconquête. La différence d’ambiance entre les 10 000 à 12 000 participants à la fête, et les bisous échangés chez LR après l’annonce du choix de leur candidate, signait la fin de l’euphorie mineure de la fête interne de LR. Tous les thèmes dont aurait dû s’emparer la nouvelle élue ont été récupérés par Zemmour, la laissant sans discours, sinon un narratif centré sur sa personne, dont tout le monde se moque.

Désormais, l’énarchie revient à son comportement de groupe : il faut faire éliminer Zemmour par les médias et la justice. Après on verra à choisir entre l’énarque Macron et l’énarque Pécresse.

Tout va se jouer dans les deux mois. Si Pécresse reste à 12-16 %, c’est fichu pour LR. Et si Zemmour repasse devant Le Pen, c’est fichu pour le RN. Ne resteront que les exactions des nervis d'extrême gauche, le matraquage des médias et les juges pour refaire l’opération Fillon d'expulsion d’un candidat en position de gagner. Mais que restera-t-il de la démocratie en France après deux opérations de ce genre ?

Ce sera à nouveau une bataille d'image d'où les éléments programmatique seront bannis. Macron l'a parfaitement compris qui a aussitôt commanditée une émission de 2 heures sur TF1 pour soigner son image, sans jamais parler d'autre chose que de lui-même. Pendant ce temps là on a le droit à la vie épatante de Valérie de la naissance à nos jours. "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Mais je le suis un peu plus que tout le monde". A pleurer !

Commentaire
Raphaël's Gravatar L’obstacle pour Zemmour dont les 500 parrainages . Plus les incidents vont émailler sa campagne et moins il y aura de parrainages . La campagne d’ intimidation vise les parrains .
# Posté par Raphaël | 06/12/21 19:57
Siem's Gravatar Pécresse a tout de même réussie une percée dans les sondages surtout de second tour. 17% ce n'est pas mal même si c'est encore insuffisant. Il lui faut laisser sur place Zemmour et se rapprocher suffisamment du coeur du sentiment de la population de droite pour lui permettre au second tour de tendre la main à tout cet électorat. C'est difficile mais c'est jouable.
# Posté par Siem | 07/12/21 01:10
Siem's Gravatar 17 au premier tour naturellement.
# Posté par Siem | 07/12/21 01:10
Siem's Gravatar Il y a une dynamique Pécresse qui peut durer si vraiment elle est la seule à pouvoir battre Macron au second tour. Attention, les sondages datent d'avant Villepinte. Mélenchon n'a pas réussi son départ en campagne mais il a mobilisé tout de même un peu lors de son premier meeting. Ce sont les sondages de fin de semaine qui commenceront à parler. Si le cordon de feu qui a été dressé par les médias dominants contre Zemmour a réussi à casser l'effet de son discours, on le saura très vite. Si en revanche il passe devant Pécresse, la suite deviendra échevelée. Le programme passe malheureusement au second plan. On passe de la bataille de miss à la bataille de chiffonniers. Pécresse ne peut gagner contre Macron que si son programme séduit la bourgeoisie de droite et de gauche sans rebuter fonctionnaires et salariés. le premier tour lui impose de démontrer que ni Le Pen ni Zemmour n'ont un programme assez fort et précis ni les moyens humains de le mettre en œuvre. Elle dispose pour cela de la procédure d'unification de son programme avec les meilleures propositions des autres candidats. C'est le moment de lancer le processus en annonçant les thèmes, les étapes de la décision par matière et le résultat final fin janvier. Elle peut ainsi larguer ses opposants de premiers tour et préparer le second tour, chaque convention permettant de marquer l'échec de Macron. et la nécessité de lancer une réelle politique de grand redressement.
# Posté par Siem | 07/12/21 01:47
DD's Gravatar L'ennui, c'est que le grand redressement suppose de s'opposer à quelques tendances fâcheuses du pays :

- la volonté dans toutes les couches sociales de se planquer dans des postes publics où on peut vivre jusqu'à la fin de sa vie sans crainte de licenciement. Les Suisses ont contractualisé la plupart des postes publics.
- l'emprise de la haute fonction publique à la fois sur l'administration et sur la politique et sur l'Europe et sur la banque et sur les grandes entreprises et...
- le peu de bonne volonté des Français vis à vis de la réussite et un revanchisme social haineux assez généralisé qui leur font aimer les exactions fiscales ciblées.
- la peur qui lui fait tout accepter pour sa petite santé ou son petit cocon
- la violence d'extrême gauche qui la poursuit depuis 250 ans
- la dissolution de toute volonté nationale et une porosité aux influences extérieures notamment américaines tout à fait étonnantes.

Cela fait que toute action est obligatoirement une attaque contre une partie de la population.

Oui il faut revenir sur les 35h et la retraite à 60 ans, et les déviations qui font que centaines corporations publiques ne travaillent pas 32 h et partent avant 60 ans. Donc c'est une guerre avec les syndicats et ces populations arc boutées sur leurs privilèges.
Oui, il faut transférer les charges de maladie et de retraites sur les particuliers et non sur les entreprises, comme en Suisse. Sinon on rend impossible le succès de nos entreprises dans notre monde ouvert à la concurrence des pays qui n'ont pas fait notre choix, c'est à dire quasiment tous. Donc c'est la guerre avec les syndicats qui ne veulent pas en entendre parler.
Oui, il faut restreindre les gratuités générales et imposer des contraintes de délais et de résultats sur les aides. La "gratuité de la vie de la naissance à la mort" est une folie, surtout si le monde entier peut venir en France en profiter. Là encore c'est la guerre contre les démagogues.
Oui il faut que les femmes françaises fassent plus d'enfants. Mais si elles ne veulent plus être des "poules pondeuses" et "s'emmerder avec le gynécée", cela devient impossible à proposer.
etc.

La soumission à l'Europe a été le moyen trouvé par les classes dirigeantes pour contraindre les Français à un minimum d'effort. Mais maintenant c'est le vecteur du Wokisme, de l'ouverture sans limite à la Chine des marchés de produits et de capitaux et d'une immigration africaine sans frein.

Les maux viennent de l'intérieur et de l'extérieur. Il y a bien un grand déclassement et un grand remplacement, en France, mais en vérité ni Zemmour ni Pécresse ne peuvent l'enrayer. Zemmour voit le péril musulman comme tous les penseurs juifs du moment (de Finkielkraut à Elisabeth levy) mais ne sait rien proposer contre le grande déclassement. Pécresse, comme haut fonctionnaire, ne peut aller contre sa caste. Ne parlons pas de Macron qui ne pense qu'à lui même et n'a aucune politique dans aucun domaine sinon un papillonnage qui aggrave tout, ni de Mélenchon qui ne peut qu'aggraver les choses, ni de Le Pen qui n'a aucune politique dans aucun domaine.

Zemmour s'est emparé du grand remplacement et n'a de chance d'élections que s'il ajoute aussi à son programme des mesures contre le grand déclassement. Ce n'est pas le cas. actuellement et il a voté deux fois Mitterrand. !

Pécresse ne s'est emparée que de LR et d'aucune des deux grandes tares nationales. C'est là qu'on l'attend.

La bataille de l'avenir français se joue entre les deux. Il reste trois mois pour savoir qui convaincra qu'il s'attaquera vraiment au grand déclassement.





.
# Posté par DD | 07/12/21 10:13
A.  Gerberaux's Gravatar En gros vous nous dites que sortir du socialisme est la seule manière d'obtenir des résultats sur le front social. N'est-ce pas une forme d'oxymore ?
Peut-on avoir raison contre le mouvement social lui-même qui appelle à plus de taxation des "riches" (Picketty) à la semaine de quatre jours (Larroutourou et ses émules), qui veut étendre le concept de pénibilité pour évacuer l'obligation de reculer le départ à la retraite pour des centaines de milliers de salariés, notamment à la SNCF. Si on ne sort pas des trente cinq-heures, c'est bien que les Français y tiennent. Si on ne lâche pas sur la retraite, c'est que l'aspiration à une fin de vie sans travailler est forte dans le pays. Si on en continue de disposer en France d'effectifs de fonctionnaires en proportion très supérieure que partout ailleurs, c'est parce qu'il n'y a pratiquement plus de famille où on ne trouve un ou plusieurs membres réfugiés dans les fonctions publiques pour avoir une garantie de revenu jusqu'à la fin de leur jour.

Peut-on faire le bonheur du peuple contre le peuple ? J'aimerai bien vous entendre sur cette question qui est un des sujets majeurs de cette élection présidentielle.
# Posté par A. Gerberaux | 08/12/21 12:14
DD's Gravatar Vous avez parfaitement raison. Il n'y a pas de politique sociale possible sans sortir du socialisme ! Ce n'est pas un oxymore, c'est un constat.

Je ne vais revenir sur les statistiques de l'effondrement relatif de l'économie française depuis 1981. Le déclassement est net puisque nous sommes tombés aujourd'hui selon le FMI au 39eme rang pour le PIB par tête... Nous avons stagné pendant que les autres se redressaient comme le Royaume Uni, ou continuaient à croître, comme la Suisse, longtemps derrière la France et qui a désormais un PIB par tête double de celui de la France.

Que les Français aiment les politiques dont ils détestent les effets, c'est évident. les "cadeaux au peuple" sont populaires. Jusqu'à un certain point. Les candidats socialiste ne font pas 15% si on s'en tient aux différentes formes de socialisme et 25% si on ajoute les écolos-gauchistes. Les Gilets jaunes après les Bonnets rouge et la disparition des ouvriers de l'électorat du PS, montrent assez que les nerfs sont tendus dans la "classe ouvrière". La menace d'exactions contre les riches ne semblent plus marcher aussi bien. Et les cadeaux empoisonnés commencent à faire réfléchir.

La bourgeoisie financière qui soutient mordicus Emmanuel Macron, considère que le seul moyen poir eux de continuer leurs activités fructueuses est de jouer l'Europe et l'internationalisation, tout en amusant la galerie sociale. Ils ont peur de la CGT et des manifs monstres. Que le PIB par tête baisse n'est pas un sujet puisque que les activités financières ne concernent que peu de gens et qu'elles peuvent perdurer même si la France s'enfonce globalement.

Que Pécresse ait annoncé la réduction du nombre de fonctionnaires, la retraite à 65 ans et la semaine de travail à 39h, est considérée par eux comme une provocation à l'action de la CGT dramatique. "Ils sont fous vive Macron" , est leur cri de ralliement. Je l'ai entendu des dizaines de fois dans les diners en ville notamment en province ce qui est assez surprenant.

Les ouvriers et salariés eux sont désormais beaucoup plus circonspects. L'option "tout pour l'immigration", l'exil loin de centres villes, l'impossibilité de se loger près de son travail, la concurrence des immigrés pour la solidarité nationale, l'effondrement de l'emploi bien rémunéré, les conséquences des législations coûteuses, la peur du déclassement définitif, sont des forces mentales beaucoup plus puissante que l'illusion du grand soir.

Thatcher avait bien compris qu'on ne s'en sortirait pas au RU sans affronter et vaincre les syndicats abusifs et restaurer l'autorité de la puissance publique. Le RU a rattrapé puis dépassé la France. Boris Johnson a été élu par les ouvriers du nord de l'Angleterre 40 ans plus
tard.

La question du départage entre Pécresse et Zemmour est tout entière sur la question de qui s'emparera du thème "sortir du socialisme" avec crédibilité. Pour le moment la candidature Pécresse est entièrement fondée sur la fait qu'elle sera une présidente assez réformatrice moins toxique que Macron.

Pécresse joue la carte d'une droite légère, déterminée mais bon chic bon genre. Sa stratégie est d'image plus que de propositions. Le programme n'a guère d'importance. Il lui suffit qu'il ait une apparence.

Zemmour joue la carte d'une droite lourde, couvrant tout l'arc des tendances de droite, avec une promesse d'action décisive mais de longue haleine pour retrouver à la fois notre civilisation et notre prospérité. Le programme aura une importance cruciale, l'image étant constamment attaquée et détruite dans les média main stream.

La campagne va laisser les socialistes hors sujet. Il sera impossible aux candidats de durer dans la campagne sans aborder de façon frontale la question de la prospérité, effondrée depuis quarante ans et menacée de façon pire encore à court terme par un écologisme irresponsable.

Il suffit de constater le déchaînement de bêtise et l'acharnement à détruire qui se manifestent à Paris, centre urbain martyrisé, capitale déclassée, ville lumière éteinte, pour constater que le pire peut sortir des élections. Espérons que cela ne sera pas le cas pour les élections nationales.
# Posté par DD | 08/12/21 13:14
Siem's Gravatar Il n'y a pas plus de chances de sortir du trou par le macronisme. Les déficits du commerce extérieurs flambent et sont annoncés par les douanes comme devant croître encore dans les deux ans qui viennent. On est sur la trajectoire des 100 milliards de déficit en 2024, contre 45 milliards en 2016.

Un tir de barrage médiatique sur la réindustrialisation en marche s'avère une fois de plus une manipulation de l'opinion. Il était évident que distribuer du pouvoir d'achat sans produire alors qu'on est en déficit de compétitivité provoquerait un creusement des déficits et pas seulement pour des raisons énergétiques.

Mieux vaut parler de Vichy !

Sortir du socialisme et du macronisme, Un beau programme présidentiel !
# Posté par Siem | 08/12/21 17:05
Philosophe's Gravatar Le Figaro donne ce jour un excellent article signé par Nicolas Lecaussin, qui a connu le communiste roumain dans sa jeunesse et relate son expérience tout en confortant l'excellent livre de Thierry Wolton "penser le communisme".

"Promettre le Paradis sur terre donne de l'espoir. Il faut du temps pour se rendre compte qu'il s'agit d'un dogme criminel".

A noter : nous avons une nouvelle plaie de ce type : le Wokisme. Il est intéressant que devant l'affaiblissement de la séduction socialiste, toutes les forces de gauche, de Macron aux communistes et à Mélenchon en passant par les Verts s'appuient sur le Wokisme. Paradis sur terre et toxicité : vous avez quatre heures !
# Posté par Philosophe | 08/12/21 20:42
DD's Gravatar Bruno Le Maire est dans un curieuse position. L'émission d'hier sur la 2 animée par des "journalistes militants" dont l'idée est toujours de massacrer l'image des personnes considérées comme des " intolérables" qui sont, on ne sait pourquoi, dans le paysage politique et qu'il importe d'expulser.

Il est obligé de confirmer l'effondrement français depuis quarante ans. Mais il n'ose pas dire ce qu'il n'aurait pas craint de répéter s'il était resté au LR : c'est le socialisme qui nous a fait sombrer. L'ennui c'est qu'il est dans un gouvernement socialiste, dirigé par un président socialiste et animé par de nombreuses personnalités socialistes.

Quand au redressement mené selon lui par Macron, c'est une fumisterie. Les deux années pleines où l'action a été menée de façon centralisée par E. Macron, non seulement n'ont pas vu d'actions structurelles mais le président s'est comporté en incendiaire inconscient. Heureusement pour lui la crise sanitaire est arrivée. Car son quinquennat est sans bilan.

Les chiffres actuels du chômage et de l'emploi sont des trompe-l'oeil, liés à un endettement augmenté de façon fabuleuse. Le déversement de liquidité a certes créé le moyen d'un rebond d'autant plus fort que la récession a été exagérée par des mesures de confinements excessives, mais les risques pour la suite ont été aggravées. 3.000 milliards de dettes, pour une valeur ajoutée des entreprises entre 1.200 et 1.400 milliards, c'est de la folie furieuse. Rappelons que le Danemark a connu une récession faible dont elle est sortie très vite et sans aggravation de la dette.

Du coup il a été obligé d'accumuler les éléments de langage dévalorisants synchronisés avec ceux des animateurs en coupant systématiquement l'invité. Sans convaincre.
# Posté par DD | 10/12/21 12:54
Siem's Gravatar La droite est prise entre deux stratégies :

- la ligne Jacob basée sur l'image et le bon chic bon genre, très lisse, sans risque, avec un programme consensuel, sans mesures de rupture, qui oublie les fautes de Chirac et Sarkozy, qui s'appuie sur les énarques politiques, et qui espère le succès dans la comparaison avec un Macron non pas dans les mesures, mais dans le choc des personnalités. Voulez-vous un énarque malin et manipulateur, ou une énarque un peu botoxée mais souriante et aimable ? Différence des politiques : introuvable. Surtout ne rien dire. Surtout ne gêner personne.

- la ligne Zemmour basée sur un certain nombre de ruptures, permettant de marginaliser le vote Le Pen, la condamnation d'un certain nombre d'erreurs des LR, totalement centrisés, et remettant en cause violemment le sociétal,la déification de l'autre, l'abaissement de la France par abdication de sa défense et de son illustration, la dissolution nationale dans l'Europe, le pouvoir politique des juges et l'immigration massive.

Ces lignes des fractures sont inconciliables. Zemmour y est allé parce qu'il a compris que LR malgré sa base partisane, qui est largement radicale, ne viendrait jamais aux mesures de rupture.nécessaires. Du coup LR est , comme Bruno Lemaire, obligé de se couler dans le langage de la gauche mettant l'accent sur le prétendu pétainisme et l'assumée anti féminisme, du trublion qui empêche d'organiser la lutte entre centrismes mous et structurée par l'énarchie.
# Posté par Siem | 11/12/21 09:57
DD's Gravatar Cette analyse est très exacte. Il faut lire la petite brochure éditée par les LR "notre projet pour la France" qui explicite sur quarante pages les 150 mesures élaborées en interne par les LR sous la houlette de Jacob, et qui préempte au passage l'éventuel programme propre de V. Pécresse. On peut défier qui que ce soit d'être contre. Plus consensuel, on ne peut pas. Les têtes de chapitres sont formidables. Stopper l'explosion de la violence, moderniser la justice, éradiquer l'islamisme, redevenir maître de nos frontières, réarmer l'état, réindustrialiser la France, défendre notre agriculture, réduire notre dépendance énergétique, bâtir notre souveraineté numérique, refonder notre système de santé, protéger les plus fragiles, renforcer le poids de la France dans l'UE, défendre nos intérêts stratégiques dans le monde, mettre fin à l'excès de fiscalité, supprimer l'excès de bureaucratie, supprimer le surendettement, insérer les jeunes, valoriser les seniors, rebâtir l'école, favoriser l'accès à la propriété, favoriser les familles, lutter contre la pollution, arbitrer entre éthique et progrès technique.
Il ne manque pas une bonne intention vis-à-vis de toutes les clientèles. Pas un mot pour expliquer pourquoi on en est arrivé là. Pas un élément de prise en charge idéologique. Et des mesures incantatoires plus qu'effectives sans aucune rupture avec même une pincée de Wokisme latent avec reprise de certaines outrances féministes. Naturellement cette approche segmentée crée une incompatibilité entre les mesures catégorielles qui toutes coûtent de l'argent, et l'annonce qu'on va contrôler les déficits et la dette.
Ce "projet" peut être signé des deux mains par Emmanuel Macron. Il n'y a même pas besoin de "triangulation".
La compétition électorale telle qu'elle est considérée par LR n'est pas vue sur le programme. Mais en effet uniquement sur l'image. Macron multiplie les opérations image. Pécresse aussi. Les deux ont compris qu'il ne fallait pas remettre en cause l'énarchie. Ils parlent le même langage contre le RN et Zemmour et n'ont pas un mot sur les dérives de la gauche.
En route pour un second concours de miss. On se moque des abstentionnistes qui ne veulent pas de ce disneyland politique un peu ridicule qui exploite une France apeurée qui sent que "tout fout le camp" et "qu'on marche sur la tête", mais qui ne veut pas d'histoire. L'esprit munichois devant les menaces est dominant L'abdication devant les forces hostiles est profondément installée en France.
Et Zemmour n'est pas Churchill.
A suivre, avec un peu de tristesse tout de même...
# Posté par DD | 11/12/21 11:16
Raphael's Gravatar La campagne a début sur l'identité- grand remplacement ; c'est bien mais tres insuffisant ; Zemmour parle peu de l' economie - peu de la réindustrialisation - peu ou pas du tout de la réforme de l'Etat ( avec deux hydres a abattre : ENA+CGT ) - pas du tout du retour au franc et du nécessaire choc productif .
Pécresse est le sosie de Macron en blonde, aucune différence de fond mais sur la forme seulement .
# Posté par Raphael | 11/12/21 15:48
Frelon's Gravatar "Pécresse est le sosie de Macron en blonde"

Miss France et Miss Trans ?
# Posté par Frelon | 12/12/21 00:14
Raphael's Gravatar Pècresse est Macron-Compatible ; qu'elle soit blonde ou brune ou chauve n'a aucune importance ; elle représente l'oligarchie financière .
# Posté par Raphael | 23/12/21 08:15
Le blog du cercle des économistes e-toile

Le cercle des économistes regroupés dans E-TOILE autour de Didier Dufau, Economiste en Chef,   aborde des questions largement tabous dans les media français et internationaux soit du fait de leur complexité apparente, soit  parce que l'esprit du temps interdit qu'on en discute a fond. Visions critiques sur les changes flottants,  explications  sur le retard français,   analyses de la langueur de l'Europe,  réalités de la mondialisation,  les économistes d'E-Toile, contrairement aux medias français, ne refusent aucun débat. Ils prennent le risque d'annoncer des évolutions tres a l'avance et éclairent l'actualité avec une force de perception remarquable.

Association loi 1901

  
BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner