Trois drames en cours.

Mugabe, sinistre vieillard, ancienne icône de la gauche conscientisée, et tyranneau sanguinaire, avait déjà défrayé la chronique en assassinant quelques blancs, en en volant quelques milliers d'autres, en créant les conditions d'une famine et en prenant la responsabilité de la dernière hyper inflation connue. Il vient de passer un contrat avec une société israélienne pour truquer les élections bidons qui donnent une apparence de légitimité à son pouvoir absolu. Ce contrat a été payé "rubis sur l'ongle"… en diamants volés. Le système monétaire international progresse.

Il est vrai qu'en Namibie, un exemple de démocratie à l'occidentale, la petite oligarchie formée au carrefour du tribalisme et du capitalisme entend bien désormais éviter les inconvénients de l'anarchie créative associée au libéralisme politique et économique. Son gouvernement vient de demander à la Chine, le pays bien connu des droits de l'homme, de construire son nouveau régime juridique. La Chine veut s'emparer des ressources de l'Afrique en utilisant les excédents majeurs de devises fortes accumulées grâce aux défauts du système monétaire international et qui représentent un multiple du PIB de nombreux pays africains. Pour cela elle est prête à rendre des services, comme celui de supprimer la démocratie. Le système monétaire qui a permis cela est sûrement parfait.

Puisqu'on parle de la Chine, notons qu'elle vient de passer avec l'Argentine des accords  bilatéraux à dimension monétaire, économique et politique marquée. On sait qu'une bizarrerie fait qu'un "hedge fund" qui avait racheté à bas prix de la dette argentine entend désormais se faire rembourser et a obtenu d'un juge américain une condamnation du gouvernement argentin à se faire. On se rappelle que l'Argentine, détruite par un péronisme irresponsable (il fallait éviter Evita !), avait tenté de s'en sortir en créant un "currency board", où sa monnaie était strictement liée à la monnaie américaine alors que le système mondial était fondé sur le change flottant.  Ce système aurait pu fonctionner dans un régime de changes fixes mais ajustables. Dans un système de changes flottants, la hausse verticale du dollar à la fin des années 1990 avait mis à l'arrêt les exportations argentines et brésiliennes. Le Brésil avait craqué le premier, dévaluant fortement sa monnaie, le Real. L'Argentine, dont le Brésil était le principal partenaire, s'était retrouvée à sec de devises donc en état de déflation monétaire radicale. Le "currency board" avait explosé et les créanciers de l'Argentine furent ruinés.  Voilà donc la Chine qui crée des accords de swap avec ce pays privé désormais d'accès au marché international des capitaux. Elle fournira des dollars à l'Argentine en contrepartie de quoi ? Ben heu ! On ne sait pas trop. L'explication publique : nourrir la Chine grâce aux exportations du "campo". Elle pouvait le faire en achetant directement en dollar la production. Alors quoi ?  Evidemment, le but est de sortir une partie des ressources de l'Argentine du "marché" pour le réserver à la Chine. Le système monétaire qui a permis cela est sûrement parfait.

Ces trois exemples sont pris dans le même numéro du Temps, journal suisse dont on ne dira jamais assez la qualité, du moins le lundi, jour des articles sur la finance et l'économie. Pour l'observateur le moins averti, ces signes témoignent que le système monétaire des changes flottants est non seulement responsable de la grande crise de la dette que nous connaissons mais destructeur de toutes les valeurs de liberté qui ont été portées par l'Occident.

On dira : vous exagérez l'exemplarité du Zimbabwe, de la Namibie et de l'Argentine ! Tout cela est du détail, et concerne des pays sans importance.

Tout de même. La Rhodésie était la Suisse du continent africain. L'Argentine est restée longtemps le symbole même de la richesse. La Namibie était le rare exemple d'une démocratie réussie en Afrique.  Avoir permis à une dictature communiste de capter les réserves de devises mondiales et l'industrie occidentale pour la laisser pourrir toutes les situations, ou autoriser un pays qui se réclame des valeurs occidentales, et vit du support américain, à pratiquer des transactions en diamants à finalité douteuse avec une dictature africaine caricaturale, sont la preuve d'un désordre international total.

Quand il n'ya plus d'ordre monétaire, il n'y a plus d'ordre politique. C'est une des lois de l'histoire.

Commentaire
S du Jonchay's Gravatar Comment réassurer la démocratie dans la monnaie : l'exemple français <http://www.pauljorion.com/blog/2014/09/08/le-presi...;
# Posté par S du Jonchay | 10/09/14 09:53
DvD's Gravatar Monsieur S. du Jonchay, auriez vous s'il vous plaît un document qui expliquerait en détail le fonctionnement de votre idée de chambre de compensation mondiale sur le modèle du Bancor de Keynes ? Merci.

Pardon à Didier Dufau d'utiliser la section commentaire de votre blog de cette façon.
# Posté par DvD | 21/09/14 19:01
S du Jonchay's Gravatar @DvD,
J'ai rédigé une analyse détaillée de la faillite systémique des subprimes à la lumière des principes de la compensation qui se seraient appliqués si le projet de Keynes avait été retenu à Bretton Woods. L'analyse a été publiée en février 2011 sous le titre "Capital, crédit et monnaie dans la mondialisation" <http://pierresartondujonchay.over-blog.com/article...;. L'explicitation de ce que serait aujourd'hui une chambre internationale de compensation monétaire des risques financiers y est discursive et littéraire. J'ai donc entrepris depuis 2 ans de modéliser et de programmer un algorithme informatique interactif de compensation tel que les banques centrales actuelles pourront la mettre en oeuvre pour liquider effectivement leurs actifs toxiques dans un rééquilibrage mondial concerté et rationalisé des parités de change.
La simulation informatique de la compensation montre que l'équilibre mondial des prix de la liquidité, du crédit et du capital est intégralement modélisable dans un système de relations causales à 8 tables entre 27 données variables. Par cette modélisation algorithmique, tous les règlements monétaires de la liquidité en crédit garanti par des titres de capital, sont définissables, inscriptibles et calculables dans un équilibre général des prix politiquement négociable et régulable quelle que soit la pluralité économique décrite et concertée des systèmes juridiques.
Je n'ai pas encore publié l'inventaire des règles de calcul de la cohérence générale des prix de la liquidité. Ces règles font assurance que par l'exhaustivité des catégorisations de transaction nécessaires de la liquidité générale. Je reformule les concepts économiques et juridiques au fur et à mesure que je constate l'efficience des règles programmées par rapport à la finalité de l'équilibre général permanent du risque de crédit. Mes conclusions sont explicitées au fil de l'eau sur le Blog de Paul Jorion <http://www.pauljorion.com/blog/?s=sarton+du+joncha...; et sur mon blog <http://pierresartondujonchay.over-blog.com/article...;. Vous constaterez que le Blog du cercle des économistes est un stimulant puissant de mon travail de reformulation théorique et conceptuel issu de la simulation informatique.
# Posté par S du Jonchay | 22/09/14 16:44
DvD's Gravatar Merci
# Posté par DvD | 23/09/14 07:30
Le blog du cercle des économistes e-toile

Le cercle des économistes regroupés dans E-TOILE autour de Didier Dufau, Economiste en Chef,   aborde des questions largement tabous dans les media français et internationaux soit du fait de leur complexité apparente, soit  parce que l'esprit du temps interdit qu'on en discute a fond. Visions critiques sur les changes flottants,  explications  sur le retard français,   analyses de la langueur de l'Europe,  réalités de la mondialisation,  les économistes d'E-Toile, contrairement aux medias français, ne refusent aucun débat. Ils prennent le risque d'annoncer des évolutions tres a l'avance et éclairent l'actualité avec une force de perception remarquable.

Association loi 1901

  
BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner